Alimentation et chimiothérapie

Un malade ayant un régime équilibré est plus apte à faire face au traitement. Un régime équilibré est un régime riche en calories, en protéines, en vitamines et minéraux pour maintenir au mieux le poids, la peau, les muscles, les organes...

Pendant une chimiothérapie, l’alimentation devrait être majorée en protéines et augmentée en énergie.

En pratique, vos repas principaux devrait être composés systématiquement de :

  • viande, poissons ou œufs pour assurer des apports en protéines corrects,
  • pain et céréales pour les apports caloriques,
  • de produits laitiers,
  • d’une source de matière grasse (huile / beurre / sauce),
  • d’une portion de fruit,
  • de légumes.

Une alimentation diversifiée, permettra d’avoir une bonne couverture en vitamines et minéraux.

En cas de baisse d’appétit et de perte de poids, il est souhaitable de faire plusieurs repas légers.

L’activité physique augmente l’appétit et doit être utilisée comme stimulant.

Si vous vous sentez incapable de manger suffisamment du fait d’un manque d’appétit ou d’une quelconque impression de dégoût, il devient important que la faible quantité que vous absorbez soit aussi riche que possible.

N’hésitez pas à en parler à l’équipe soignante et, au besoin, à prendre rendez-vous avec un diététicien, qui pourra vous conseiller pour enrichir votre alimentation en protéines et/ou calories, vous proposer des collations, de fractionner votre alimentation, de modifier la texture de vos repas si besoin, d’adapter la température (une alimentation froides peut être plus facile à consommer)  et, si besoin, de vous conseiller sur des compléments nutritionnels.

En ce qui concerne les liquides, il est très important d’augmenter les apports hydriques. En effet, la plupart des médicaments s’éliminent par les urines. La quantité de liquide absorbée chaque jour devrait au moins être égale à deux litres par jour.

Penser que les apports hydriques peuvent être apportés par des eaux aromatisées, des thés et tisanes, des potages et des jus de fruit (attention si vous devez limiter les apports en sucre !). Le vin et l’alcool ne sont pas interdits, mais doivent être consommés de façon très raisonnable (demandé toujours l’avis de votre médecin)

Certains médicaments sont incompatibles avec l’alcool sous toutes ses formes, entraînant le risque d’accidents sévères.

Des restrictions alimentaires spécifiques sont également parfois nécessaires et vous seront recommandées lors de la prescription de certains médicaments (anticoagulants, Natulan®...).

Les troubles digestifs

Nausées et vomissements

La chimiothérapie entraîne souvent ce type d’effets indésirables. Ils peuvent être combattus par l’utilisation de médicaments visant à calmer le système digestif et à endormir les centres responsables des vomissements au niveau du cerveau (primpéran, vogalène, emend, zophren, kytril...). Si les nausées persistent, signalez-le à l’infirmière afin que le traitement puisse être adapté.

On peut aussi éviter ces inconvénients par de nombreux petits moyens :

  • mangez de nombreux petits repas pour que vous ne sentiez pas l’estomac plein,
  • évitez de trop boire pendant les repas, mais buvez au contraire avant ou après avec un intervalle d’au moins une heure,
  • évitez les sucreries et les aliments gras (friture, sauce),
  • préférez les grillades,
  • mangez tiède voire froid,
  • mangez très lentement,
  • mâchez les aliments pour faciliter la digestion,
  • évitez les odeurs fortes aussi bien dans votre environnement (cigarettes, parfums...) que dans le choix de vos aliments,
  • reposez-vous après les repas, de préférence assis plutôt que couché, pendant une période de une à deux heures,
  • respirez profondément par la bouche si vous sentez arriver une nausée.

Diarrhée

Certains médicaments peuvent provoquer de la diarrhée. La diarrhée est peu fréquente et des moyens permettent de l’éviter ou de traiter de petits épisodes.

  • mangez liquide et léger pour laisser reposer l’intestin durant quelques jours,
  • buvez le plus possible pour éviter la déshydratation et combler les pertes importantes,
  • limiter les aliments riches en fibres, comme les céréales et pain complet, les fruits et les légumes crus, préférez les légumes bien cuits et en petite quantité, ainsi que les fruits cuits ou en compote,
  • mangez peu à la fois, le plus souvent possible,
  • évitez les aliments épicés ou trop sucrés ou trop salés.

Une diarrhée peut nécessiter la prise de médicaments antidiarrhéiques plus spécifiques (Imossel®, par exemple) dont l’ordonnance pourra vous être remise par votre médecin.

Quand la diarrhée disparaît, réintroduisez progressivement et selon votre tolérance les aliments que vous aurez limités.

Constipation

Certains médicaments peuvent entraîner une constipation.

Si la constipation est peu importante, les petits moyens peuvent vous aider :

  • augmentez les aliments comportant des fibres : fruits et légumes crus, pain complet,
  • prenez du jus de pruneau,
  • consommer des fruits secs (pruneaux, figues, abricots),
  • penser à boire suffisamment,
  • mettre de la matière grasse sur vos plats,
  • penser à l’activité physique telle que la marche, cela permettra un massage naturel des intestins et favorisera le transit intestinal.

Si la constipation persiste, n’hésitez pas à consulter votre médecin, il pourra vous prescrire un laxatif si besoin.