Tumeur au cerveau, le rôle de l'infirmière référente

Véritable pivot dans le dispositif de soins de Neuro-Oncologie, le statut d'infirmier(e) référent(e) est une expérimentation récente.

La notion d'infirmière référente est née de l'expérience anglo-saxonne des "Nurses Practitioners". Le projet a commencé en France en 2000, son objectif était de coordonner les soins pour assurer une prise en charge pluridisciplinaire du patient dans les différents services de l'hôpital ainsi qu'au domicile dans des délais les plus rapides possibles.

Les candidat(e)s reçoivent une formation soutenue dans plusieurs domaines : Anatomie et Physiologie du système nerveux, Pathologies neurologiques, Réalisation d'un examen clinique neurologique, lecture des scanners, IRM, et résultats biologiques, connaissance des traitements et de leurs effets secondaires.

Des stages sont ensuite effectués dans différents services (Neuro-oncologie, Neurochirurgie, Radiothérapie, Neuroradiologie, Anatomopathologie, HAD, Unité de soins palliatifs...).

Ainsi cette formation lui permet d’effectuer certains examens et de prendre certaines dispositions d’ordre médical sous le contrôle des médecins. Chaque patient bénéficie donc d’une Infirmière référente en binôme avec un neuro-oncologue.

Au quotidien, l'infirmier(e) référent(e) constitue un lien entre les patients et leurs familles, les soignants et les médecins.

Le rôle de l'infirmière référente : une interview de Marie-Dominique Cantal-Dupart, infirmière référente au sein du service de Neuro-Oncologie de la Pitié-Salpêtrière.

 

Veuillez accepter les cookies de Youtube En les acceptant, vous pourrez accéder au contenu.

YouTube privacy policy

Si vous acceptez, votre choix sera enregistré et la page se rafraichira..