Retour à l'accueil

ARTC

Association pour la Recherche sur les Tumeurs Cérébrales

Partenaire de la Fédération de Recherche sur le Cerveau

Espace professionnel

L’hypnose : définition et usages, interview d'un médecin, d'une psychologue et d'un infirmier.

Beaucoup de fantasmes demeurent à propos de cette technique pourtant couramment utilisée, Le premier film aborde la définition et les usages de l’hypnose par trois professionnels, le second montre une séance.



L'hypnose est un outil thérapeutique. Comme  tout outil thérapeutique, elle  a des objectifs, des indications et des contre indications. 

Les indications sont diversifiées, de la prise en charge de la douleur à celle de l'anxiété ou des troubles du sommeil en passant par la préparation à des examens ou la réalisation d'un soin difficile pour le patient.  Elle peut être utilisée seule ou en association à des traitements plus "conventionnels". 

En dépit de certains troubles cognitifs, telle l’aphasie, l’outil hypnotique reste très pertinent en neuro-oncologie.

Les contre indications se limitent à certains troubles psychiatriques comme la paranoïa.

Il est également possible de parler de "non indications" de l'hypnose. Non indication du fait de la situation clinique, non indication car d'autres approches sont plus appropriées.

Le praticien de l'hypnose, psychologue, infirmier, médecin, est seul apte, après rencontre avec le patient, à poser l'indication ou non de cet outil thérapeutique qu'est l'hypnose.



 

Le British Medical Association définit l'hypnose en 1955 comme « un état passager d'attention modifiée chez le sujet, état qui peut être produit par une autre personne et dans lequel différents phénomènes peuvent apparaître spontanément, ou en réponse à différents stimuli verbaux ou autres. Ces phénomènes comprennent un changement dans la conscience et la mémoire, une susceptibilité accrue à la suggestion et l'apparition chez le sujet de réponse et d'idées qui ne lui sont pas familières dans son état d'esprit habituel. En outre, des phénomènes comme l'anesthésie, la paralysie, la rigidité musculaire et des modifications vasomotrices, peuvent être, dans l'état hypnotiques, produits et supprimés. »

« L'hypnose offre tant au patient qu'au thérapeute un accès aisé à l'esprit inconscient du patient. Elle permet de s'occuper directement de ces forces inconscientes qui sont sous-jacentes aux perturbations de la personnalité, et elle autorise l'identification de ces éléments de l'expérience de vie d'un individu qui ont de l'importance pour la personnalité et auxquels on doit accorder toute l'attention requise si l'on souhaite obtenir des résultats thérapeutiques. Seule l'hypnose peut donner un accès aisé, rapide et large à l'inconscient, inconscient que l'histoire de la psychothérapie a montré être d'une telle importance dans le traitement des désordres aigus de la personnalité. » Milton Erickson (Psychiatre américain, 1901/1980)

Léon Chertok considère l'hypnose comme un "quatrième état de l'organisme actuellement non objectivable" dont les racines profondes vont jusqu'à l'hypnose animale. Cet état renverrait aux "relations pré-langagières d'attachement de l'enfant". Il se manifesterait électivement dans toutes les situations de perturbation entre le sujet et son environnement. (L'hypnose, Payot, petite bibliothèque payot, Leon Chertok, 1989. Paris. Page 313).

6 juin 2012

Soutenir l'ARTC
  • Page Facebook
  • Partager sur Twitter
  • Contact
  • Rss

Côté pratique

Guide du patient, adresses, numéros utiles...
>> Lire la suite

La lettre de l'ARTC

Découvrez en ligne
la lettre bi-annuelle de l'ARTC
>> Lire la suite

ARTC TV

Découvrez les vidéos réalisées par l'ARTC
>> Lire la suite

Partagez !

Aidez nous à faire connaître l'action de l'ARTC
>> Lire la suite