Retour à l'accueil

ARTC

Association pour la Recherche sur les Tumeurs Cérébrales

Partenaire de la Fédération de Recherche sur le Cerveau

Espace professionnel

Journées Internationales de la Société Française de Neurologie

La Société Française de Neurologie organisait les 6 et 7 Octobre 2011 ses journées internationales consacrées à la neuro-oncologie

La Société Française de Neurologie organisait les 6 et 7 Octobre 2011 ses journées internationales consacrées à la neuro-oncologie dans l'amphithéâtre Charcot de l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière. Le Docteur Ahmed Idbaih, médecin du service de neuro-oncologie y assistait et nous en a donné un compte-rendu.

 

Quel était l'objectif de ces journées ?

La dernière réunion de la société Française de Neurologie dédiée aux tumeurs cérébrales datait d’environ vingt ans. 20 ans plus tard, ces journées ont essayé de résumer tous les progrès qui ont été accomplis dans tous les aspects de la neuro-oncologie, aussi bien dans la prise en charge des patients, la recherche clinique et la recherche biologique. Il y a également eu une mise au point sur les avancées réalisées au cours de ces 20 dernières années dans le domaine de la neuro-oncologie

Quelles ont été les étapes principales ?

Plusieurs volets ont été abordés. Les progrès thérapeutiques ont occupé la première matinée, les progrès chirurgicaux, en chimiothérapie, en radiothérapie, les nouveaux médicaments qui sont en cours de développement et qui commencent à être utilisés chez les patients qui présentent une tumeur cérébrale.  La seconde partie de cette matinée était dédiée aux méthodes d’évaluation de ces tumeurs, au diagnostic. Comment préciser au mieux le diagnostic pour assurer une meilleure prise en charge, aussi bien au plan moléculaire, au plan pathologique, au plan radiologique : tous les aspects du diagnostic qui devient multidisciplinaire et multidimensionnel.

Les participants ont ensuite évoqué comment traiter non la maladie elle-même, mais les symptômes qu’elle entraine, comment améliorer la qualité de vie des patients et les différents progrès qui ont été réalisés dans ce domaine. 

Le deuxième jour a été l’occasion d’une session consacrée à l’aspect biologique, ou en est on dans la dissection des mécanismes cellulaires et moléculaires impliqués dans la biologie de ces tumeurs avec toujours en ligne de mire le développement des traitements des altérations moléculaires. La majorité des tumeurs que nous prenons en charge en neuro-oncologie sont les gliomes, mais il existe d’autres tumeurs plus rares, comme les lymphomes cérébraux, des complications d’autres cancers, les syndromes neurologiques paranéoplasiques , les complications neurologiques des autres cancers, les métastases cérébrales qui ont été abordées lors de la seconde matinée

Vivons-nous une époque où de grands pas sont en train d’être faits ?

Oui, et dans tous les domaines. On passe d’un diagnostic purement morphologique, sous le microscope, à un ajout de données moléculaires qui font véritablement partie du diagnostic et qui vont être indispensables pour guider le traitement. Sur le plan thérapeutique, les avancées sont nombreuses, la chirurgie est de plus en plus précise, de plus en plus complète. La radiothérapie est aussi de plus en plus précise. Elle permet de délivrer des doses importantes dans le tissu tumoral en respectant au maximum le tissu sain. Ces dernières années, le Témodal© a été mis sur le devant de la scène avec le protocole de radio-chimiothérapie concommitente. Et puis il y a l’apparition de nouvelles thérapies moléculaires ciblées, depuis 2007, telles que l’Avastin© , qui représente une innovation thérapeutique concrète.

Il y a également la prise en charge des sujets âgés. Auparavant on ne proposait pas grand-chose au-delà de 70 ans, mais des recommandations thérapeutiques et des essais cliniques ont permis d’établir de véritables standards qui sont les premiers pas vers une amélioration du pronostic de ces patients. La radiologie a fait aussi des progrès considérables, le scanner avant, l’IRM aujourd’hui  permettent d’obtenir des images bien plus précises.

Sur le plan des symptômes, on parle de traitement spécifique de la maladie, il y a aussi les traitements symptomatiques, la prise en charge des soins de support, en particulier en fin se vie des patients s’est réellement améliorée, en particulier grâce aux médicaments antalgiques.

30 oct 2011

Soutenir l'ARTC
  • Page Facebook
  • Partager sur Twitter
  • Contact
  • Rss

Côté pratique

Guide du patient, adresses, numéros utiles...
>> Lire la suite

La lettre de l'ARTC

Découvrez en ligne
la lettre bi-annuelle de l'ARTC
>> Lire la suite

ARTC TV

Découvrez les vidéos réalisées par l'ARTC
>> Lire la suite

Partagez !

Aidez nous à faire connaître l'action de l'ARTC
>> Lire la suite