Tumeur au cerveau : les examens

Le scanner cérébral et l'IRM cérébrale sont les examens les plus fréquemment pratiqués.

Le scanner

C'est un examen qui utilise les rayons X (comme une radiographie standard) mais dont les résultats sont traités par un ordinateur pour obtenir des vues du cerveau en coupe. Il est réalisé avant et après une injection d'iode, qui entraîne souvent une sensation de chaleur lors de son administration. Cet examen est parfaitement indolore. Le scanner permet de voir la tumeur qui apparaît clairement et concentre souvent le produit iodé qui a été administré (fig.03). En cas d'allergie, il est important de le signaler au médecin afin qu'une préparation médicamenteuse soit discutée dans les jours précédant l'examen.

L'IRM

L'imagerie par Résonance Magnétique, permet d'obtenir d'excellentes images du cerveau. Là aussi, c'est un ordinateur qui traite les données obtenues par une stimulation électromagnétique. Un autre produit que l'iode, appelé le gadolinium est souvent injecté au cours de l'IRM. Le gadolinium a également la propriété de se concentrer dans la tumeur. Bien que cet examen soit lui aussi indolore, il est bruyant ; il est parfois mal toléré par les patients qui souffrent de claustrophobie. Si tel est le cas, il faut le signaler au médecin qui prescrira un calmant avant l'examen. Il peut également être utile de se munir de boules Quies.

Le port d’un pace-maker ou de certaines prothèses métalliques est à signaler systématiquement au médecin car il peut constituer une contre-indication à l’IRM. De nouvelles séquences d’IRM, telles que la spectroscopie ou la perfusion peuvent être réalisées pour aider au diagnostic ou au suivi de la maladie. On parle alors d’IRM multi-modalités (1). L’examen est alors un peu plus long.

Interview de Stéphane Lehéricy, Directeur du Centre de Neuro Imagerie de Recherche de l'Institut du Cerveau et de la Moelle Épinière, évoque le rôle de l'Imagerie par résonance magnétique.

Veuillez accepter les cookies de Youtube En les acceptant, vous pourrez accéder au contenu.

YouTube privacy policy

Si vous acceptez, votre choix sera enregistré et la page se rafraichira..

 

Différence

Le scanner est plutôt réservé à des situations d’urgence car c’est un examen rapide et facile à obtenir. L’IRM permet d’obtenir des images beaucoup plus précises mais peut rarement être fait dans un cadre d’urgences.

 

TEP

L’examen par scanner ou par IRM peut aussi, désormais, être couplé à un examen dit de TEP (Tomographie par Emission de Positons, on parle alors de TEP-Scan ou de TEP-IRM) réalisé dans un service de médecine nucléaire (5). Cet examen consiste à injecter par voie veineuse un traceur faiblement « radioactif » qui va se fixer sur les cellules tumorales pour émettre, de façon temporaire, des rayonnements que l’on peut suivre par une caméra spéciale, une caméra TEP. Ce traceur peut être du 18F-fluorodésoxyglucose (18–FDG), semblable a du glucose ou, un marqueur des acides aminés, plus spécifique  pour le suivi des gliomes. L’examen TEP est non douloureux et ne présente pas d’effets secondaires. L’émission de radioactivité est faible et transitoire. Seul chez les femmes enceintes, l’examen peut être contre-indiqué.

Figure 6: TEP-IRM. Examen IRM , séquence après injection de produit de contraste (à gauche), examen TEP au 18F-DOPA (au centre), fusion des images IRM et TEP (à droite) : hypercaptation du traceur F-DOPA (en rouge) en regard de la prise de contraste en IRM en faveur d’une récidive locale de glioblastome.

 

En fonction de l'état du patient, d'autres examens peuvent être nécessaires.

 

La ponction lombaire

La ponction lombaire consiste à prélever au moyen d'une aiguille un peu de liquide céphalo-rachidien (liquide qui circule autour du cerveau et de la moelle) au niveau du bas du dos, pour analyse. C'est un geste court, qui se fait dans la chambre du patient. Il nécessite une courte hospitalisation. On conseille parfois de rester allongé quelques heures après le geste ; il n'entraîne pas de risque important, mais des maux de tête sont possibles, à signaler au médecin.

Figure 7 : Schéma d'une ponction lombaire

 

D'autres investigations sont parfois demandées par le médecin : prise de sang, scanner thoracique ou abdominal, examens ophtalmologiques, artériographie.


Références scientifiques
  1. Multimodal magnetic resonance imaging of brain tumors. Guillevin R, Menuel C, Vallée JN. Rev Neurol (Paris). 2011 Oct;167(10):704-14
  2. Heiss WD. Positron emission tomography imaging in gliomas: applications in clinical diagnosis, for assessment of prognosis and of treatment effects, and for detection of recurrences. Eur J Neurol. 2017 Oct;24(10):1255-e70.

 

À VOIR ÉGALEMENT