Retour à l'accueil

ARTC

Association pour la Recherche sur les Tumeurs Cérébrales

Partenaire de la Fédération de Recherche sur le Cerveau

Espace professionnel

Les techniques d’analyse dites à haut-débit ont permis des progrès énormes ces dernières années dans la compréhension des gliomes

Les techniques d’analyse dites à haut-débit ont permis des progrès énormes ces dernières années dans la compréhension des gliomes. Pour comprendre les mécanismes de la progression tumorale et de la récidive, une équipe américaine dirigée par Joseph Costello a analysé 23 couples d’échantillons de gliomes de bas grade correspondant à l’opération initiale et à l’opération de la récidive. Certains de ces patients ayant reçu, entre les deux opérations, du témozolomide. La totalité des gènes a été séquencée, et 33 mutations en moyenne par tumeur ont été trouvées. En comparant la tumeur récidivante à la tumeur initiale les auteurs montrent que 1) seulement la moitié (en moyenne) des mutations présentes dans la tumeur initiale était retrouvée à la récidive, ce qui démontre que la récidive nait d’une population très minoritaire, non détectable lors de l’opération initiale et ne possédant pas l’ensemble des mutations; 2) que la seule mutation constamment commune à la tumeur initiale et à la récidive était la mutation du gène IDH1, ce qui montre que c’est probablement l’altération la plus précoce connue et souligne son intérêt comme cible thérapeutique, puisque présente dans toute les cellules et constante au cours du temps ; 3) que les patients traités par témozolomide présentent un taux de mutations beaucoup plus élevée, conséquence directe du mode d’action du témozolomide. Ce dernier point incite à la vigilance et doit être pris en compte pour décider d’un traitement prolongé par témozolomide, dans le cas d’un gliome de bas grade. A noter toutefois que des traitements prolongés de deux ans et plus par le témozolomide sont largement utilisés sans qu’on ait observé un taux plus élevé de récidive , ou de transformation anaplasique. (Johnson et al., Science 2014).

Pr Marc SANSON. Neurologue. Service de neurologie 2-Mazarin. Groupe hospitalier Pitié-Salpêtrière. Paris. France.

6 mar 2014

Autres actualités

Soutenir l'ARTC
  • Page Facebook
  • Partager sur Twitter
  • Contact
  • Rss

Côté pratique

Guide du patient, adresses, numéros utiles...
>> Lire la suite

La lettre de l'ARTC

Découvrez en ligne
la lettre bi-annuelle de l'ARTC
>> Lire la suite

ARTC TV

Découvrez les vidéos réalisées par l'ARTC
>> Lire la suite

Partagez !

Aidez nous à faire connaître l'action de l'ARTC
>> Lire la suite