Veuillez accepter les cookies de Youtube En les acceptant, vous pourrez accéder au contenu.

YouTube privacy policy

Si vous acceptez, votre choix sera enregistré et la page se rafraichira..

L’ARTC est née en 1992 de la volonté de familles de patients et de l’équipe médicale de la Salpêtrière de créer une association pour développer la recherche sur les tumeurs cérébrales.

Les priorités de l’ARTC sont de :

  • Donner des bourses à des jeunes chercheurs afin de les attirer dans cette discipline.
  • D’investir dans des projets de recherche visant à établir une « preuve de concept ». L’objectif est de faire les premières expériences afin d’obtenir des résultats préliminaires qui permettront ensuite de postuler pour des financements publics ou associatifs.
  • De soutenir les services hospitaliers et les patients. En mettant à leur disposition des personnels qui contribuent à l’amélioration de la qualité de vie et en contribuant à la formation des professionnels

Au cours des 25 dernières années, l’ARTC s’est dotée de plusieurs délégations régionales . Plus de 130 bourses ont été accordées à des jeunes neurologues ou scientifiques. Ils travaillent sur tous les continents et continuent à collaborer entre eux.

l’ARTC jouant son rôle d’incubateur a déjà financé le démarrage de plus de 70 projets ; plus d’un tiers d’entre eux, compte tenu des résultats obtenus, ont pu bénéficier par la suite d’aides complémentaires, certaines supérieures à plusieurs millions.

Les travaux soutenus par l’ARTC ont ainsi contribué de façon importante à la connaissance de la genèse des tumeurs et à établir la nouvelle classification des tumeurs cérébrales .

Les efforts de l’ARTC ont également porté sur l’amélioration de la qualité de vie des patients. En finançant directement des essais thérapeutiques dédiés à l’amélioration de la qualité de vie, notamment la fatigue, l’ARTC a clairement eu un rôle pionnier qu’il importe de poursuivre.

Le grand défi des années à venir est d’améliorer l’efficacité des traitements. Certains patients en bénéficient déjà. Tout doit être fait pour découvrir et développer de nouveaux traitements basés sur une connaissance intime de chaque tumeur. Cet effort nécessite la mise en commun des travaux du laboratoire et des équipes de recherche clinique.